jeudi 16 février 2017

Alors qu’une minière poursuit Québec, plus de 2000 citoyens appuient la Nation Algonquine du Lac Barrière

Québec, jeudi 16 février 2017. Alors que la minière Copper One entame des procédures judiciaires contre Québec, plus de 2000 citoyens ont signé une pétition qui a été présentée ce matin à l’Assemblée nationale du Québec en appui à la Nation Algonquine du Lac Barrière. La pétition, déposée officiellement par la députée Manon Massé, appelle le gouvernement du Québec à suspendre les activités minières et à mettre en œuvre une entente de cogestion des ressources renouvelables sur l’ensemble du territoire ancestral de la Nation Algonquine du Lac Barrière.
« Nous remercions la député Manon Massé et l’ensemble des citoyens qui nous appuient dans nos démarches. En 2017 et pour l’avenir, nous souhaitons que tous travaillent à la réconciliation avec les Nations Autochtones, et ce, dans le respect de leurs droits, intérêts et différentes visions de développement du territoire. C’est la seule façon d’assurer un avenir viable pour nos communautés et notre culture », affirme Casey Ratt, Chef de la Nation Algonquine du Lac Barrière.
Rappelons que le territoire ancestral de la Nation Algonquine du Lac Barrière se situe en partie dans la grande réserve Faunique La Vérendrye, à la tête des eaux de la rivière des Outaouais et à la jonction des régions de l’Outaouais, des Hautes-Larentides et de l’Abitibi-Témiscamingue. Ce territoire a été défini par une entente trilatérale entre Québec, Ottawa et la Nation Algonquine en 1991.
Le 26 janvier 2017, le gouvernement du Québec a annoncé son intention de suspendre les titres miniers de la compagnie minière Copper One, ce qui a été confirmé le 8 février 2017. Bien que ce soit un pas dans la bonne direction, plus de 90% du territoire ancestral de la Nation demeure toutefois ouvert à l’exploitation minière—une situation inacceptable aux yeux de la Nation.
Le 1er février 2017, l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador a adopté une résolution unanime qui condamne la Loi sur les mines du Québec comme étant « inconstitutionnelle » en regard des droits autochtones. Les Premières Nations exigent que Québec agisse et corrige la situation.
Le 6 février 2017, la compagnie minière Copper One débute des procédures judiciaires contre Québec. Le premier jour d’audiences devant la Cour supérieure du Québec est prévu le vendredi, 24 février, à Québec, dès 9h00am.
La Nation Algonquine du Lac Barrière tente depuis des années de conclure avec Québec une entente de cogestion des ressources renouvelables du territoire. Une première entente a été signée en 1991 avec Québec et Ottawa, puis une deuxième en 1998 avec Québec. Mais ces ententes n’ont jamais été respectées et mises en œuvre par les gouvernements. En 2006, une entente consensuelle a été recommandée à Québec par les deux négociateurs spéciaux au dossier, M. Clifford Lincoln (Lac Barrière) et M. John Ciaccia (Québec). Malheureusement, Québec n’a jamais entériné ni mis en œuvre cette entente. Les négociations ont débuté de nouveau en 2015 avec le gouvernement de Philippe Couillard et sont toujours en cours. 
-30-
Pour information :
  • Michel Thusky (Français), Nation Algonquine du Lac Barrière, 819-215-0591
  • Chef Casey Ratt (English), Nation Algonquine du Lac Barrière, 819-441-8002
Intervenant externe : Ugo Lapointe (Français), Québec meilleure mine & MiningWatch, 514-708-0134

mercredi 1 février 2017

Des Nations Algonquines dénoncent la Loi sur les mines du Québec

Jeudi, 26 janvier 2017. 

Réunies ce matin en conférence de presse à Val d’Or, des Nations Algonquines unissent leur voix pour dénoncer la Loi sur les mines du Québec et les impacts qu’elle occasionne sur leurs droits ancestraux et territoriaux. Les Algonquins demandent au gouvernement du Québec de revoir les fondements mêmes de la loi, qui sont à leur avis non constitutionnels.

« Nous sommes confrontés, encore aujourd’hui, à des claims miniers et à des projets miniers pour lesquels nous n’avons jamais été informés, consultés, ou donné notre consentement, » dénonce le Chef Casey Ratt de la Nation Algonquine du Lac Barrière, qui a convoqué la conférence de presse.

« Nous sommes en faveur d’un développement viable de notre territoire, mais nous voulons pouvoir faire des choix qui respectent nos droits et qui répondent à nos besoins, nos attentes, nos valeurs. L’actuelle Loi sur les mines nous empêche de faire cela », ajoute le Chef Lance Haymond de la Nation Algonquine d’Eagle Village.

Selon le Chef Harry ST-Denis de la Nation Algonquine de Wolfe Lake: « Le gouvernement du Québec est responsable de s’assurer que ses lois et ses politiques minières respectent les droits constitutionnels des Nations Autochtones. La Loi sur les mines du Québec échoue toujours ce test en 2017. »

Les Nations Algonquines reprochent notamment à la Loi sur les mines de n’exiger aucune obligation d’information ou de consultation des Nations Autochtones avant que le gouvernement accorde des claims miniers sur leurs territoires traditionnels. La Loi n’exige pas, non plus, de permis et de consultation pour la vaste majorité des travaux d’exploration minière—notamment des travaux de forages, de décapages mécaniques et autres équipements lourds. La Loi sur les mines ne permet pas un aménagement intégré du territoire dans le respect des droits des Nations Autochtones, notamment par la possibilité de dire « non » à certains claims miniers situés dans des zones sensibles sur le plan social, culturel, ou environnemental.

Dans deux présentations prononcées ce matin à Val d’Or, les professeurs Jean-Paul Lacasse et Sophie Thériault de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa ont été clairs : l’actuelle Loi sur les mines ne passerait sans doute pas le test des tribunaux si elle devait être contestée par une Nation Autochtone au Québec. La solution passerait par une modification de la Loi et par la suspension et/ou le rachat des titres miniers dans les zones sensibles, le temps que la Loi soit modifiée et/ou que des ententes soient conclues avec les Nations Autochtones qui le demanderaient.

M. Clifford Lincoln, ancien ministre de l’Environnement du Québec et représentant spécial de la Nation Algonquine du Lac Barrière, abonde dans le même sens et considère qu’il serait beaucoup plus avantageux pour le gouvernement du Québec de privilégier la voie de la réconciliation et des ententes avec les Nations Autochtones, plutôt que celle de la négation (vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=79C7UEu600k&feature=youtu.be).

Bien que le gouvernement ait annoncé aujourd'hui son ‘intention’ du suspendre ‘temporairement’ les claims miniers de la compagnie Copper One sur le territoire de la Nation Algonquine du Lac Barrière, rien n’est certain à long terme. La Nation Algonquine, qui est située en partie dans la grande réserve faunique La Vérendrye, sollicite l’appui de la population pour protéger leur culture, la faune, la flore et les nombreux cours d’eau qui se trouvent sur leurs territoires.
La Nation Algonquine du Lac Barrière a tenu une journée d’information et de sensibilisation hier, 25 janvier, à laquelle ont participé environ 25 personnes et organismes de la société civile québécoise, incluant notamment : Greenpeace-Québec, Amnistie internationale Canada, Ligue des droits et libertés du Québec, Coalition Québec meilleure mine, MiningWatch Canada, l’Action boréale de l’Abitibi-Témiscamingue, le Regroupement vigilance sur les mines en Abitibi-Témiscamingue et le Conseil régional de l’environnement de l’Abitibi-Témiscamingue.

Signez la pétition : www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-6379/index....

Soutenez la Nation : http://solidaritelacbarriere.blogspot.ca/2008/03/dons.html
 
-30-
Pour information :

- Chef Casey Ratt (English), Nation Algonquine du Lac Barrière, 819-441-8002

- Chef Lance Haymond (English), Nation Algonquine Kebaowek (Eagle Village), 819-627-6884

- Chef Harry St-Denis (English), Nation Algonquine Wolfe Lake, cell. 819-627-3628

- Clifford Lincoln (Français/English), ancien ministre et représentant spécial de la Nation Algonquine Lac Barrière, 514-441-9446

- Tony Wawatie (Français/English), Nation Algonquine du Lac Barrière, 819-355-3662

- Michel Thusky (Français), Nation Algonquine du Lac Barrière, 819-215-0591

Intervenants externes:

- Jean-Paul Lacasse, Faculté de droit, Université d’Ottawa, 819-210-1435

- Sophie Thériault, Faculté de droit, Université d’Ottawa, Sophie.Theriault@uottawa.ca

- Ugo Lapointe, MiningWatch Canada & Coalition Québec meilleure mine, 514-708-0134

**************************************************************************************
MÉDIAS:
Signez la pétition avant le 10 février:
www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-6379/index....
Communiqué des Nations Algonquines à partager :
http://www.newswire.ca/fr/news-releases/des-nations-algonquines-denoncen...
Appui de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador:
http://www.newswire.ca/fr/news-releases/appui-aux-communautes-de-la-nati...
Vidéo d'appui de Clifford Lincoln, représentant spécial de la Nation Algonquine du Lac Barrière: https://www.youtube.com/watch?v=79C7UEu600k
Explications de M. Lacasse, Faculté de droit de l’Université d’Ottawa:
https://www.youtube.com/watch?v=39DrXGCtS8A&feature=youtu.be
Explications (vidéo) de Sophie Thériault, Faculté de droit de l’Université d’Ottawa:
https://www.youtube.com/watch?v=qCWaJ6ciulE&feature=youtu.be
Appui de Québec solidaire:
http://www.fil-information.gouv.qc.ca/Pages/Article.aspx?idArticle=25012...
Réaction du gouvernement du Québec:
http://www.fil-information.gouv.qc.ca/Pages/Article.aspx?aiguillage=ajd&...
Article Radio-Canada:
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1013214/les-algonquins-de-lac-barrie...
Reportage Radio-Canada (radio):
http://ici.radio-canada.ca/emissions/l_heure_du_monde/2016-2017/archives...
Entrevue Radio-Canada (radio):
http://ici.radio-canada.ca/emissions/region_zero_8/2016-2017/archives.as...
Journal de Montréal :
http://www.journaldemontreal.com/2017/01/26/pret-a-tout-pour-bloquer-une...
Le Devoir :
http://m.ledevoir.com/article-490250
Vidéo reportage TVA (RNC):
http://www.tvaabitibi.ca/articles/20170126113834/communaute_algonquine_n...
Journal Écho-Abitibien:
http://www.lechoabitibien.ca/actualites/politique/2017/1/26/lac-barriere...
**************************************************************************************
CONTEXTE DE LA NATION ALGONQUINE DU LAC BARRIÈRE, SITUÉE EN PARTIE DANS LA GRANDE RÉSERVE FAUNIQUE LA VÉRENDRYE

La Nation algonquine du Lac Barrière a appris à l’automne 2016 que le gouvernement du Québec risque d’octroyer, dès les prochaines semaines, des permis qui permettraient à la compagnie minière Copper One d’ouvrir des chemins miniers et de débuter des forages miniers en plein cœur de son territoire traditionnel, et ce, malgré son désaccord manifesté à maintes reprises au gouvernement du Québec au cours des dernières années.

En fait, le gouvernement avait coopéré avec la Nation en 2011 en suspendant les titres miniers de la compagnie Copper One, mais le gouvernement a renversé cette décision plus tôt cette année, sans même informer, consulter, ou obtenir le consentement de la Nation—ce qui est contraire au respect des droits autochtones les plus élémentaires au Canada et à l’international. Cela est également contraire au respect du processus de négociation qui avait recommencer en 2015 entre la Nation du Lac Barrière et le gouvernement du Québec pour une cogestion intégrée des ressources du territoire.
La Nation algonquine du Lac Barrière est en faveur d’un développement responsable de son territoire, notamment via une foresterie intelligente, certains développements hydroélectriques, la chasse, la pêche et autres activités récréotouristiques, mais elle s’oppose à l’exploitation minière, qu’elle juge incompatible avec son mode de vie et ses visions de développement — notamment à cause de la nature non-renouvelable de la ressource et des quantités immenses de déchets miniers laissés derrière, à perpétuité, sur le territoire.

Le cœur du problème réside également dans le fait que la Loi sur les mines du Québec, malgré sa réforme en 2013, ne respecte toujours pas les droits des Nations autochtones en matière d’information, de consultation et du consentement avant l’octroi de claims miniers et l’exécution de travaux d’exploration minière sur les territoires revendiqués.

Face à cette situation, la Nation algonquine du Lac Barrière se dit maintenant prête à entreprendre toutes les actions nécessaires pour empêcher les forages miniers de débuter, incluant toute forme de résistance pacifique sur le terrain. Craignant les réactions de la compagnie Copper One, des corps policiers ou du gouvernement face à leurs actions, la Nation algonquine lance un appel à la solidarité et sollicite l’appui de toute personne ou organisme du Québec pour qui la défense des droits autochtones est prioritaire.

Signez la pétition : www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-6379/index....
Soutenez la Nation : http://solidaritelacbarriere.blogspot.ca/2008/03/dons.html

Venez passer quelques jours sur le « Camp de défense de nos droits traditionnels » que nous avons érigé sur le territoire : contactez Norman Matchewan (819-441-8006) ou Michel Thusky (819-215-0591)
Pour plus d’informations :
• Le Devoir www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/485180/lac-barriere-l-ass...
• Radio-Canada http://www.rcinet.ca/fr/2016/11/21/congres-quebec-mines-priorite-au-resp...
• L’Écho Abitibien www.lechoabitibien.ca/actualites/politique/2016/10/11/opposition-a-un-pr...
• Conférence de presse à l’Assemblée nationale de Michel Thusky (à 5:45min): https://www.youtube.com/watch?v=A9vBHLW0g-I&feature=youtu.be
• Site Internet www.solidaritelacbarriere.blogspot.com
• Facebook https://www.facebook.com/BarriereLakeSolidarity
• Pétition www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-6379/index....
• Dons en ligne ou par chèque.

vendredi 13 janvier 2017

Souper communautaire et présentation à Montréal

Jeudi le 19 janvier 2017
18h au Centre Lorne
2390 Ryde
(Métro Charlevoix)

Événement facebook: https://www.facebook.com/events/650646381804261/

Venez manger avec nous et écouter des membres de la communauté parler de leur camp de défense du territoire et de leur lutte.

Dans les prochaines semaines, une compagnie minière prévoit débuter le forage exploratoire au coeur du territoire de la communauté, sans consultation ou consentement. Une mine Copper serait dévastatrice pour la communauté, et affecterait une partie importante de la réserve faunique La Vérendrye et des eaux affluentes de la rivière Ottawa. Des membres de la communauté ont établi pour une durée indéterminée un camp de défense du territoire, sur la route d'accès principale de la région.

Le souper est gratuit \ contribution volontaire. Les personnes participantes sont invitées à faire un don, si elles le peuvent. pour soutenir le camp de défense du territoire.

Accessibilité:
- L'espace est accessible aux fauteuils roulants
- Un service de garderie sera disponible sur place
- La traduction anglais-français sera disponible
- Nous encourageons d'éviter l'utilisation de produits avec des odeurs fortes (parfum, eau de cologne, etc.). Pour des informations complémentaires à ce sujet, voir http://www.cchst.ca/oshanswers/hsprograms/scent_free.html

vendredi 16 décembre 2016

Appel à la solidarité avec la Nation Algonquine du Lac Barrière

-->
Appel à la solidarité avec la Nation Algonquine du Lac Barrière





Les dernières nouvelles

Il semble que le forage n’ait pas encore commencé sur le territoire. La communauté demeure aux aguets et surveille les sites connus de forage. L’opposition de la communauté semble avoir retardé le forage, mais les coupes de bois et les constructions de routes d’accès pour le forage pourraient commencer dès la semaine prochaine. Les permis pourraient être délivrés dès lundi, le 18 décembre.

En attendant, les membres de la communauté ont préparé pour l’hiver leur camp de défense du territoire. Ils continuent aussi leurs efforts politiques visant à faire pression sur le Ministère québécois de l’énergie et des ressources naturelles.

Ce que nous pouvons faire

URGENT: Demandez à Québec de ne pas délivrer les permis de forage et de construction routière aujourd’hui et lundi: (Si vous êtes un-e résident-e du Québec) contactez par téléphone et courriel le Ministère de l’énergie et des ressources naturelles et le Ministère des forêts, de la faune et des parcs et demandez leur de refuser les demandes de permis de forage, de construction de routes et de coupes réclamées par Copper One à la Rivière Doré, un territoire qui appartient aux Algonquins du Lac Barrière (ABL). Ces permis sont délivrés sans le libre et préalable consentement des Algonquins du Lac Barrière et représentent une violation directe des désirs de la communauté qui refuse l’exploitation minière sur ses terres traditionnelles. L’extraction de ressource non-renouvelables sur le territoire des ABL est en violation de l’entente trilatérale de 1991 avec le Québec et le Canada, de l’entente bilatérale de 1998 avec le Québec et des recommendations conjointe de Lincoln-Ciaccia en 2001. Dites à Québec d’honorer sa parole et de refuser de délivrer ces permis.

 MERN: – Mines///418 627-62781 800 363-7233(sans frais au Canada et aux États-Unis)/
service.mines@mern.gouv.qc.ca 
MERN Directeur des affaires autochtones// 418 627-6254// 5700, 4e Avenue Ouest, C-422// Québec (Québec) G1H 6R
 MFFP Haute-Gatineau-et-du-Cabonga //266, rue Notre-Dame, RC 100///Maniwaki (Québec) J9E 2J8
Tel: 819 449-3333 // Fax : 819 449-6865. Email : outaouais@mffp.gouv.qc.ca
Bureau du sous-ministre aux forêts// 5700, 4e Avenue Ouest, bureau A-405// Québec (Québec) G1H 6R1// Phone: 418 627-8652
Regardez le film Honour your Word: Vous pouvez regarder le film en ligne sur votre ordinateur pour 4,99$. Ou pour faire mieux: regardez-le avec des ami-e-s et organisez une projection de groupe. Soyez partie prenante d’un réseau grandissant de supporteurs individuels et de groupe.
Faites un don: Merci à ceux-celles qui ont offert des dons. Les dons de gens comme vous servent à couvrir les coûts de base du camp de défense et de surveillance du territoire. Ces coûts continuent de s’accumuler et les besoins iront en grandissant dans les mois qui viennent. Les dons continuent donc d’être acceptés avec gratitude. Vous pouvez faire vos dons sur PayPal ou par chèque.
Signez et faites circuler la pétition: Vous pouvez la signer en ligne ou imprimer une copie papier.
Continuez d’en parler et restez à l’écoute: Il y aura bientôt d’autres moyens de soutenir la communauté. Restez connecté via courriel ou via notre page Facebook afin d’être informé à propos des événements et actions des prochaines semaines et prochains mois à Montréal, Ottawa et Toronto.
Regardez ces deux courts vidéos disponibles en ligne à propos des enjeux auxquels fait face la communauté Algonquine du Lac Barrière dans sa lutte contre l’exploitation minière.

Qu’est-ce qui est en jeu?
Pour la communauté, une gigantesque mine au coeur de son territoire aurait des effets dévastateurs. La communauté a invité d’autres utilisateurs du territoire et supporteurs à les joindre dans leurs efforts de protection de cette zone, qui inclut une partie de la plus vaste réserve faunique du Québec. Les communautés en aval ont aussi raison d’opposer le projet minier proposé, dans la mesure où il menace de contaminer les eaux de la rivière Ottawa.





Appel à la solidarité avec la Nation Algonquine du Lac Barrière : Faites-vous entendre maintenant !

Appel à la solidarité avec la Nation Algonquine du Lac Barrière : Faites-vous entendre maintenant !



La Nation algonquine du Lac Barrière vient d’apprendre que le gouvernement du Québec risque d’octroyer, dès lundi 19 décembre 2016, des permis qui permettraient à la compagnie minière Copper One d’ouvrir des chemins miniers et de débuter des forages miniers en plein cœur de son territoire traditionnel, et ce, malgré son désaccord manifesté à maintes reprises au gouvernement du Québec au cours des dernières années.

En fait, le gouvernement avait coopéré avec la Nation en 2011 en suspendant les titres miniers de la compagnie Copper One, mais le gouvernement a renversé cette décision plus tôt cette année, sans même informer, consulter, ou obtenir le consentement de la Nation—ce qui est contraire au respect des droits autochtones les plus élémentaires au Canada et à l’international. Cela est également contraire au respect du processus de négociation qui était en cours depuis 2015 entre la Nation du Lac Barrière et le gouvernement du Québec pour une cogestion intégrée des ressources du territoire.

La Nation algonquine du Lac Barrière est en faveur d’un développement responsable de son territoire, notamment via une foresterie intelligente, certains développements hydroélectriques, la chasse, la pêche et autres activités récréotouristiques, mais elle s’oppose totalement à l’exploitation minière, qu’elle juge incompatible avec son mode de vie et ses visions de développement — notamment à cause de la nature non-renouvelable de la ressource et des quantités immenses de déchets miniers laissés derrière, à perpétuité, sur le territoire.

Le cœur du problème réside également dans le fait que la Loi sur les mines du Québec, malgré sa réforme en 2013, ne respecte toujours pas les droits des Nations autochtones en matière d’information, de consultation et du consentement avant l’octroi de claims miniers et l’exécution de travaux d’exploration minière sur les territoires revendiqués.

Face à cette situation, la Nation algonquine du Lac Barrière se dit maintenant prête à entreprendre toutes les actions nécessaires pour empêcher les forages miniers de débuter, incluant toute forme de résistance pacifique sur le terrain. Craignant les réactions de la compagnie Copper One, de la police et du gouvernement du Québec face à leurs actions, la Nation algonquine lance un appel à la solidarité et sollicite l’appui de toute personne ou organisme du Québec pour qui la défense des droits autochtones est prioritaire.

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE POUR AIDER :

1.       Téléphonez ou envoyez dès maintenant un courriel aux ministères responsables afin de leur signifier votre désaccord à ce que tout travaux de forages miniers soient exécutés sur le territoire de la Nation algonquine du Lac Barrière sans leur consentement : ministre@mern.gouv.qc.ca, ministre@mddelcc.gouv.qc.ca, ministre.autochtones@mce.gouv.qc.ca, outaouais@mffp.gouv.qc.ca, carolyn.bennett@parl.gc.ca, 1-819-449-3333, 1-800-363-7233, 1-418-627-6254 p.5700.

2.       Donnez au « Fonds d’aide et de défense légale » que la Nation du Lac Barrière souhaite créer afin de les appuyer dans leurs démarches juridiques. Vous pouvez donner directement en ligne ou par chèque.

 3.       Signez la pétition de l’Assemblée nationale du Québec en ligne et envoyez des messages de solidarité : Facebook #LacBarrière #BarriereLake

 4.       Restez à  l’affut d’un possible rassemblement de solidarité dans la communauté du Lac Barrière en janvier 2017 (autres informations à suivre)


Pour plus d’information :
Site Internet www.solidaritelacbarriere.blogspot.com
Facebook https://www.facebook.com/BarriereLakeSolidarity
Pétition www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-6379/index.html
Le Devoir www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/485180/lac-barriere-l-assaut-des-minieres
Radio-Canada http://www.rcinet.ca/fr/2016/11/21/congres-quebec-mines-priorite-au-respect-des-droits-des-autochtones/
L’Écho Abitibien www.lechoabitibien.ca/actualites/politique/2016/10/11/opposition-a-un-projet-minier-dans-la-reserve-la-verendrye.html
Conférence de presse à l’Assemblée nationale de Michel Thusky (à 5:45min): https://www.youtube.com/watch?v=A9vBHLW0g-I&feature=youtu.be
Michel Thusky (Fr), Nation algonquine du Lac Barrière, 819-215-0591
Norman Matchewan (En), Nation algonquine du Lac Barrière, 819-441-8006

dimanche 20 novembre 2016

Rassemblement à Québec, le mardi 22 novembre 2016, de 9h à 10h

Rassemblement solidaire avec les Algonquiens du Lac Barrière


Quand : le mardi 22 novembre 2016, de 9 h à 10 h 
Où : à Québec, Devant le centre des Congrès de Québec, 1000 René-Lévesque Est

Mardi, le 22 novembre 2016 à Québec, venez manifester en solidarité avec les Algonquiens du Lac Barrière qui défendent leur territoire traditionnel, leur culture et les innombrables cours d’eau qui alimentent leur territoire, situé en grande partie dans la réserve faunique La Vérendrye.

La communauté algonquienne s’oppose au projet minier de la compagnie minière Copper One, qui cherche actuellement à obtenir des permis de coupes forestières pour ouvrir des chemins miniers qui leur permettrait de débuter des forages miniers d’ici les prochaines semaines.

Bien que la communauté soit en faveur d’un développement responsable de son territoire, notamment via une foresterie intelligente, certains développements hydroélectriques, la chasse, la pêche et autres activités récréotouristiques, elle s’oppose totalement à l’exploitation minière, qu’elle juge incompatible avec son mode de vie — notamment à cause de la nature non-renouvelable de la ressource et des quantités immenses de déchets miniers toxiques laissés derrière, à perpétuité, sur le territoire.

La communauté a communiqué cette position à maintes reprises au gouvernement du Québec dans le cadre de leur négociation pour une entente de cogestion des ressources du territoire. Le gouvernement avait d'ailleurs coopéré en 2011 en suspendant les titres miniers de la compagnie Copper One, mais le gouvernement vient de renverser cette décision cet été, sans même informer, consulter, ou obtenir le consentement de la communauté.

Les Algonquiens du Lac Barrière appellent maintenant à la solidarité de la société québécoise pour les appuyer dans leur démarche visant à protéger leur territoire et d’exiger du gouvernement de respecter son engagement de conclure une entente de cogestion du territoire.

Si cette cause vous touche, partagez l’information avec votre réseau, invitez-les à venir à Québec mardi matin 9h00-10h00am, devant le Centre des Congrès de Québec (1000 rue René-Lévesque Est), alors que le ministre Pierre Arcand et des douzaines de compagnies minières participeront à la conférence annuelle « Québec Mines » parrainé par le gouvernement du Québec.

Les Algonquiens du Lac Barrière ont besoin de votre solidarité pour passer un message clair à l’industrie et au gouvernement du Québec!

mercredi 2 novembre 2016

Pas de mine sur les terres des Algonquins de Lac Barrière : SVP supportez le camp de protection de la terre

Les Algonquins du Lac Barrière ont érigé un camp de protection sur un potentiel site minier au cœur de leur territoire, un endroit où des forages exploratoires pourraient débuter à n'importe quel moment. Afin de réaliser ces forages, des routes d'accès devraient être construites et des arbres coupés, et on devra disposer de débris de forage et des eaux usées produites.

Le territoire visé par ces concessions minières couvre plus de 300 km carrés des terres de Lac Barrière, dont une partie de la réserve faunique de la Vérendrye. La zone touchée abonde en lacs, milieux humides, cours d'eau et est aussi un territoire de chasse important pour les familles de Lac Barrière.

Ces concessions minières ont été accordées sous le système de redevances minières, sans le consentement préalable, libre et éclairé des Algonquins du Lac Barrière. Bien que plusieurs compagnies aient obtenu des concessions sur ce territoire, c'est la compagnie Copper One qui en détient le plus et qui prévoit débuter les travaux de prospection cet automne et cet hiver. Les permis de cette compagnie avaient déjà été suspendus par le gouvernement du Québec, suite à l'opposition de la communauté. Ni Québec ni la compagnie n'ont avisé Lac Barrière d'un changement dans l'état des concessions minières.

SVP appuyez la lutte de la communauté en l'aidant à défrayer les coûts reliés au camp : https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=JU3W8CQVB5Y2A Ce camp est la manière la plus directe et efficace de protéger cet écosystème.

Le projet minier proposé perpétue une relation colonialiste où le Canada, le Québec et les corporations privées collaborent ensemble pour déposséder les peuples autochtones de leurs terres, moyens de subsistance et culture. Comme le dit l'aîné Michel Thusky, le projet minier de Copper One constitue une tentative « d'enterrer vivante notre identité culturelle sous les débris miniers ». En disant non à l'exploitation minière, la communauté de Lac Barrière affirme sa volonté de protéger la nation algonquine, son territoire et les générations futures.

La communauté s'est constamment opposée à l'activité minière sur son territoire ancestral et d'usage courant. Elle affirme ses droits et sa juridiction sur celui-ci dans l'esprit de coexistence tel qu'établi lors de l'accord trilatéral de 1991, de l'accord bilatéral de 1998 et des propositions de co-gestion avec les gouvernements provinciaux et fédéral qui en ont découlé. Ces accords ont été ignorés afin que nos terres demeurent à portée de main pour des projets de développement non-durables. Malgré cette opposition persistante et constante de Lac Barrière, en août 2016, Copper One a recueilli 2,4 millions de dollars pour des travaux d'exploration minière.

« Nous prendrons toutes les mesures pacifiques nécessaires afin de protéger l'eau, le territoire et la faune » , a déclaré le conseiller Norman Matchewan.

À la demande de la communauté, Barriere Lake Solidarity effectue une levée de fonds afin de couvrir les frais du camp de protection, la surveillance du territoire ainsi que les frais légaux qui seront potentiellement encourus afin de stopper l'exploration et l'activité minières sur le territoire.

Faites parvenir vos dons via https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=JU3W8CQVB5Y2A et partagez notre message dans vos réseaux. Tous les fonds iront directement aux Algonquins de Lac Barriere, dans le cadre de leurs efforts de protection du territoire.